Homepage‎ > ‎1. Race et racisme‎ > ‎

Réponse aux deux exercices

Les droits d'auteurs sont enregistrés devant notaire. Tout copillage sera systématiquement poursuivi devant les tribunaux. Vous ne devez pas diffuser ou modifier les textes par quelque moyen que ce soit sans la permission écrite de l'auteur. Vous devez respectez les droits d'auteurs : par exemple, en cas d'utilisation dans un travail universitaire ou autre, vous devez donner les références de vos citations, et bien signifier qu'il s'agit de citations (généralement, en utilisant des guillemets). Toute copie partielle ou intégrale non autorisée de ces textes constitue une violation des droits d'auteurs, laquelle est sévèrement punie par la loi. Vous n'aimeriez pas que l'on pille votre travail, ne le faites pas non plus..

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.


Deux réponses simples à l'exercice.

      / tombés dans le piège des idées reçues. / Et c’était quoi les races pour toi ? / La race, en fait, c’est l’homo sapiens, c’est l’être humain qui a vécu en Afrique. / Laisser exprimer leurs préjugés pour mieux les combattre etc... : ici, c'est de la désinformation :


    désinformation : information fausse ou partiellement erronée, car restreinte à une définition exclusivement scientifique, et ici « génétique » ; la désinformation est destinée à tromper et amener le public à penser dans une certaine direction

- « La race, c’est l’homo sapiens, c’est l’être humain qui a vécu en Afrique » : La définition restreinte à caractère scientifique n'est pas signalée au public (enfants et adultes) ; à la fois à l'école, sur France 2 et sur la chaîne Arte. L'information est donc dénaturée : on n'en présente qu'une partie, et on lui accorde alors une importance démesurée et surtout exclusive. Et c'est alors d'autant plus « vrai  » que le sujet féminophile laisse entendre que c'est une idée reçue et un préjugé, etc., ce qui renforce la thèse selon laquelle il n'existerait pas de races. Mais la définition n'est pas réductible à la génétique, comme on le verra. Pour un généticien, une  « population donnée » n'est pas considérée du point de vue des « caractéristiques apparentes », mais elle est « une collection de gènes représentant divers allèles (Larousse)»« Le péché originel anthropologique est de confondre la notion biologique de race et les productions sociologiques et psychologiques des sociétés humaines. (L. Strauss, Race et Histoire)» Outre le fait que l'enseignant, les chercheurs et journalistes féminophiles de France 2, France 3 et d'Arte, enferment le public délibérément dans un « pseudo-environnement cognitif » leur permettant d'imposer leur thèse et leur représentation fausses du monde, etc. quant bien même on serait d'accord avec ces scientifiques féminophiles, le fait même de vous avoir enfermé dans une « vision simpliste, pauvre et réductrice de la réalité ne vous permettant pas une ouverture d'esprit sur les enjeux et la complexité des problèmes », constitue en soi un « acte de féminophilie ». Alors, pour ceux et celles qui veulent croire à la thèse, cela ne change rien à la nature « criminel » des agissements constatés, et qu'il faut dénoncer ! 

   Les victimes d'actes de féminophilie sont d'emblée enfermées dans un « pseudo-environnement cognitif (Lippmann)», et adhèrent  ici à la thèse selon laquelle il n'existe pas de races, et à l'idéologie du manipulateur féminophile, comme le jeune Dragan Mitrovic :

- la petite victime :  Je pensais qu’il y avait plusieurs raceset maintenant j’ai compris qu’il y en avait une.” 


     censure des points de vue d'autres penseurs et de définitions « à caractère non-scientifique » : aucun invité ou penseur ne viendra contre-argumenter, face au seul point de vue restrictif et biaisé des sujets féminophiles ; aucune pensée contradictoire ! Autres pensées et autres points de vues censurés en classe, et dans une moindre mesure, (pas tous ensemble pour une fois) certains médias :

   - Yvan Rioufol : « Pour lutter contre le racisme, éliminer le mot race, et hop ! A dire vrai, ce truc de prestidigitateur est déjà utilisé par le langage officiel, qui déploie des trésors d'imagination pour ne pas appeler un chat un chat, mais un voyou un jeune ou une cité en insurrection une banlieue sensible. Cette fois, le candidat du PS a annoncé, samedi, vouloir faire disparaître le mot race de l'article 1 de la Constitution qui stipule: " La France (...) assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion (...)." Pour Hollande, " il n'y a qu'une seule race, qu'une seule famille, la famille humaine (...) Il n'y a pas de place dans la République pour la race ". A ceux qui doutaient de l'enlisement de la gauche dans le politiquement correct et sa peur des mots, la proposition du candidat à la présidentielle vient rappeler à quel point l'idéologie des bons sentiments et son déni des réalités imprègnent le parti socialiste qui se caricature ici dans l'angélisme niais. Non seulement la proposition de Hollande ne réglera évidemment pas le racisme, mais l'article de la Constitution entend justement dénoncer ce mal. Supprimer le mot race (qui est aussi employé dans la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948) revient à nier une réalité anthropologique qui fait qu'il y a, en effet, des blancs, des noirs, des jaunes, ainsi désignés d'ailleurs par ceux-là mêmes qui se réclament de leur " visibilité " tout en se disant victimes de racisme. S'il faut supprimer le mot, l'antiracisme n'a plus de sens (on ne lutte pas contre quelque chose qui n'existe pas), et l'éloge du métissage non plus puisque cet aboutissement espéré de l'homme parfait est le produit du mélange de races. (Yvan Rioufol, journaliste au Figaro magazine, Blog, 12/03/2012)»

   - Théophane Le Méné : « Sa signification n’appelle pas à la hiérarchisation mais, bien au contraire, à la fabuleuse singularité de chaque individu, à la multitude des contrées, à cette diversité qui rend les fleurs de champs bien plus inspirantes qu’une pépinière industrielle de tulipes. Sa présence dans la Constitution et l’interdiction d’opérer une distinction en son sein permet justement, au sommet de la hiérarchie des normes, de prévenir et de punir toute forme de racisme. La disparition du dictionnaire et de la Constitution de la race serait une " mutilation de plus de la réalité " pour faire entrer une cheville carrée dans un trou rond [...] on désigne bien d'autres humains par leur nationalité, par leur homosexualité, leur obésité, et c’est une division de l’espèce humaine qui ne pose pas problème. (Théophane Le Méné, 16 mars 2012, Causeur magazine)»


Racisme sans le terme race ? Rtl, 12/03/2012



   Une seule information capitale cachée au public peut à elle seule détruire, comme vous le constatez, la thèse avancée selon laquelle il n'existerait pas de races humaines. Une seule suffit à tout détruire. C'est incroyable, n'est-ce pas ? Et le fait de ne point vous la communiquer vous aura fait adhérer, à moins que vous soyez très bien armé, à la thèse des sujets féminophiles, dont Axel Khan, et à leur idéologie. C'est dire que, sans même la maîtrise des techniques manipulatoires et d'influences sournoises, la meilleure façon de se protéger de la féminophilie est de chercher et de vérifier le savoir par soi-même, puisque l'on vous enferme d'emblée dans un « cadre de direction et de pensée préétabli à l'avance », ce que Lippmann désigne par un « pseudo environnement cognitif ».

   Le gros problème, et le sujet manipulateur féminophile le sait très bienc'est qu'après une lourde journée de stress et de labeur à l'école et en entreprise, etc. vous êtes fatigué et surtout « saturé cognitivement » ; et n'avez plus le temps et l'énergie de lire et d'apprendre par vous-même, et surtout de « vérifier » ce que les professeurs, les politiques, les médias et certains psychologues, etc. vous assènent, en cherchant notamment d'autres penseurs, d'autres pensées et points de vue, qui vous sont cachés sciemment afin de vous faire agir et penser comme le souhaite la minorité (médias, etc.). Et le sujet féminophile joue sur cette faiblesse humaine.




Éric JourdainUniversité de Caen,
 publié le 23 avril et mis à jour le 31 mai 2013

Lexique

Race : I 1 Famille considérée dans la suite des générations et la continuité de ses caractères (ne se dit que de grandes familles, familles régnantes, etc.). famille, sang. Être de race noble. ascendance, origine. [...] Descendance, postérité. "Race d'Abel, dors, bois et mange" (Baudelaire). Il est le dernier de sa race. Génération : "Que direz-vous, races futures" (Malherbe)

2 vieilli Communauté plus vaste considérée comme une famille, une lignée. "Ces blocs énormes réveillent l'idée d'une race de géants disparus." (Gauliii) Littér. : La race humaine : l'humanité. "Le peuple juif est un abrégé de la race humaine." (Chateaubriand)

3Fig. Catégorie de personnes apparentées par des comportement humains. espèce. Il est de la race des héros. "J'aurais horreur de redevenir civil [...] D'ailleurs c'est une race qui s'éteint". (Sartre). Une race qui se fait rare, celle des gens honnêtes. Fam. "Quel sale race !" engeance.

[...]

III (Groupes humains) 1. (1684) Groupe ethnique qui se différencie des autres par un ensemble de caractères physiques héréditaires (couleur de la peau, forme de la tête, proportion des groupes sanguins, etc.) représentant des variations au sein de l'espèce. Race blanche, jaune, noire. Croisement entre races. interracial, métissage 2. Par ext. (XIXè) Groupe naturel d'hommes qui ont des caractères semblables (physiques, psychiques, culturels, etc.) provenant d'un passé commun. ethnie, peuple : La France, "la nation en laquelle tant de races sont venus se fondre." (Valéry) "Ces questions de suprématie de races sont niaises et dégoûtantes." (R. Rolland). racisme.

Primate : 1ZOOL. Animal de l'ordre des mammifères placentaires, à dentition complète et à main préhensile. L'ordre des primates : lémuriens, simiens, hominiens. L'homme est un primate dans la classification zoologique. L'espèce humaine appartient à un sous-ordre de primates. hominidés, pré-humains. "Les primates que nous étions il y a plusieurs millions d'années ont du s’adapter aux changements climatiques de l'Afrique tropicale, notamment ces grande sécheresses. Des mutations génétiques successives ont amené nos lointains ancêtres à se différencier des autres primates."

Genre humain : Latin. genus, generis, « origine, naissance ». Race. 1MOD. Le genre humain : l'ensemble des hommes. espèce ; humanité. Histoire du genre humain. [...] Homo, c'est le genre. Différentes espèces humaines ont appartenu au genre humain, mais seul l'espèce Homo-sapiens, à laquelle nous appartenons, a survécu : nous sommes les derniers survivants du genre humain.

Espèce humaine : IV A 2 BIOL. Groupe naturel d'individus descendant les uns des autres dont les caractères génétiques, morphologiques et physiologiques, voisins ou semblables, leur permettent de se croiser. D'après les découvertes scientifiques, l'espèce Homo-sapiens, la nôtre, et l'espèce de Neandertal se seraient croisées. Espèces animales, végétales, bactériennes. Division de l'espèce. sous-espèce ; race, variété. BCOUR. ESPÈCE HUMAINE, ou L'ESPÈCE : les hommes. La sauvegarde de l'espèce humaine. La conservation, la reproduction de l'espèce. [...].

Métissage : 1 Croisement, mélange de races différentes. Métissage de la population brésilienne. FIG. Le métissage culturel. acculturation.

Lignée : 1 Ensemble des descendants (d'une personne). descendance, filiation, postérité. "Un père eut pour toute lignée Un fils" (La Fontaine). BIOL. Population provenant d'une même source souche. Lignée de l'Homme de l'homo-sapiens, de Neandertal, mais aussi celle de l'Homme de Denisova, en Sibérie, de l'Homme de Florès, en Indonésie. L'homme de Neandertal, blanc de peau, vient d'une autre lignée que l'homo sapiens, noir de peau.

Famille : I1(Sens restreint) Les personnes apparentées vivant sous le même toit, et spécialement le père, la mère et les enfants. feu, foyer. Fonder une famille : avoir un, des enfants. « La famille sera toujours la base des sociétés » (Balzac). La famille Dupont. Famille conjugale sans enfants. Famille monoparentale. Un enfant abandonné, sans famille. orphelin SPÉCIALT. Les enfants issus d'un couple. Élever sa famille. marmaille, progéniture. 3 Succession des individus qui descendent les uns des autres, de génération en génération. La famille d'Abraham. descendance, générations, lignée, postérité, race, souche. La famille royale. La famille des Habsbourg. dynastie, maison. Une famille de musiciens.

Lignage : [...] 3ANTHROP. Ensemble des individus descendant d'un ancêtre commun par filiation unilinéaire. Les Bushmens faisaient partie du plus ancien lignage humain connu en 2012.

Ethnie : gr. ethnos. « peuple, nation ». Ensemble d’individus que rapprochent un certain nombre de caractères de civilisation, notamment la communauté de langue et de culture (alors que la race dépend de caractères anatomiques, Dictionnaire Robert). Groupement humain qui possède une structure familiale, économique et sociale homogène, et dont l'unité repose sur une communauté de langue, de culture et de conscience de groupe. (Larousse, édition 1983)

Ethnique : gr. ethnikos, de ethnos, race, peuple. [...] 2. se dit de tout caractère ou de toute manifestation propres au groupement culturel d'une population, par oppos. aux caractères des individus (Larousse, édition 1983).





Active Search Results
Comments