Homepage‎ > ‎

4. « Mariage, famille et parenté homosexuels »

Les droits d'auteurs sont enregistrés devant notaire et à l'INPI. Tout copillage sera systématiquement poursuivi devant les tribunaux. Vous ne devez pas diffuser ou modifier les textes par quelque moyen que ce soit sans la permission écrite de l'auteur. Vous devez respectez les droits d'auteurs : par exemple, en cas d'utilisation dans un travail universitaire ou autre, vous devez donner les références de vos citations, et bien signifier qu'il s'agit de citations (généralement, en utilisant des guillemets). Toute copie partielle ou intégrale non autorisée de ces textes constitue une violation des droits d'auteurs, laquelle est sévèrement punie par la loi. Vous n'aimeriez pas que l'on pille votre travail, ne le faites pas non plus..

4. 1. « Mariage, famille et parenté homosexuels »  /  4. 2.  Dossier express  /  4. 3.  Extrait d'étude envoyée au Conseil constitutionnel  

  4. 1. « Mariage, famille et parenté homosexuels » 


   La question du « mariage gay » a été évoquée sur le service publique avant la Présidentielle 2012, mais le reportage de France 2, du vendredi 28 janvier 2011, c'est-à-dire bien avant la présidentielle, rentre dans le cadre d'actes de féminophilie* à dénoncer et à condamner ; tout comme le fut un autre reportage diffusé le lendemain sur la même chaîne : ces reportages sont un condensé d'influences sournoises condamnables, articulées à l'abus de pouvoir et de confiance, et que je désigne ici par le néologisme d' « actes de féminophilie », pour leur conférer une dimension et un caractère criminels. Nous mettons l'accent, dans la première partie, sur le « mariage gay » ; sachant que les questions de la parenté et la famille dites « homosexuels » n'ont pas été évoquées vraiment avant l'élection 2012. À travers l'analyse des reportages de France 2, il est démontré l'utilisation régulière de procédés de manipulation des perceptions et des représentations sociales, afin d' « extorquer » votre adhésion au « mariage gay », c'est-à-dire d'obtenir par la ruse votre adhésion à des choix sociétaux, idéologiques et politiques, comme le vote pour le candidat socialiste, qui n'auraient pas été évidemment les vôtres « en cas d'organisation de vrais débats démocratiques » à la télévision, tout comme sur les radios !


I. Avant la Présidentielle 2012

Mariage homo : acte de féminophilie sur France 2, le 28/01/2011


1. Le mariage gay : autre reportage manipulatoire de France 2 du mois de janvier 2011


« - la journaliste féminophile : L'interdiction du mariage entre deux êtres du même sexe reste en vigueur", c'est la réponse ce matin du Conseil constitutionnel, qui renvoie la décision aux politiques. Corine et Sophie avaient demandé à se marier, elles sont pacsées, et vivent ensemble depuis quatorze ans. Elles veulent protéger leur quatre enfants en cas de décès ou de séparation. La position du Conseil constitutionnel les déçoit :

- Corine : On garde l'envie de continuer à se battre, et [...] en plus de notre déception, c'est la colère aujourd'hui qu'on a vis-à-vis de cette décision qui nous paraît totalement injuste, donc, ça va nous conforter dans l'idée qu'il faut poursuivre nos démarches !

- la journaliste féminophile : Le président du Conseil Constitutionnel, Jean-Louis Debré, avait déjà indiqué qu'il n'avait pas à faire de choix de société ni à se substituer au législateur, c'est donc aux élus et aux politiques que vont s'adresser associations et avocats :

- Maître Emmanuel Ludot, l'avocat des deux homosexuels femmes : On vit dans une société qui, aujourd'hui politiquement, se sclérose ; mais je crois que, cette décision, elle est bonne, parce que nous avons réussi à mettre ce ver dans le fuit, j'allais dire le fruit politique, et je pense que maintenant il y est, et que les politiques auront du mal à s'en débarrasser, et qu'il va falloir qu'enfin, ils prennent leurs responsabilités !.

- la journaliste féminophile : Une dizaine de pays européens ont légalisé le mariage de même sexe, qu'il soit scandinave ou de tradition catholique, comme l'Espagne et le Portugal :

- Maître Emmanuel Ludot : Nous ferons en tout cas tout ce qui est en notre pouvoir de faire pour que la question du mariage, mais plus largement, celle de l'égalité des droits pour les personnes homosexuels soient un thème de débat des campagnes électorales de 2012, présidentielles et législatives !.

- la journaliste féminophile : En France, un sondage TNS Sofres, publié ce matin, indique que 58 % des français sont favorables au mariage homosexuel contre 35 % qui y sont opposés, des chiffres qui montrent une évolution des mentalités, et qui pourraient influencé les politiques et les élus. (Fin du reportage du vendredi 28 janvier 2011 de France 2)»


2. Analyse rapide des manipulations en jeu

   La censure, une technique de manipulation et d'influence simple, efficace et rudimentaire : qui a le droit de s'exprimer dans le reportage ? Uniquement les homos favorables au « mariage gay » et leurs avocats ! Toutes les interventions sont en faveur du « mariage gay » : en effet, il n'y a pas une seule voix discordante ! Une seule idée vous est imposée, mais à votre insu : le « mariage gay » est normal, inévitable et évident, car il répondrait à l'« égalité des droits » : ce n'est plus qu'une question de temps ! Aucun détracteur : les points de vue des opposants sont complètement absents et ignorés. Il n'est guère étonnant, qu'au bout de multiples campagnes médiatiques en faveur du mariage gay, les sondages soient « positifs » et « favorables ». Le public n'a pas eu la possibilité de réfléchir, de penser et de se poser des questions, il ne peut pas penser pas lui-même : « les lobbies médiatiques et LGBT pensent à sa place ! » Et pourtant, ils existent, ces avis opposés au mariage homosexuel !

   Le point de vue unique, rabâché régulièrement par les médias, permet d'obtenir malhonnêtement et artificiellement l'adhésion d'une « majorité de français » sur la question ; mais cette « majorité » a changé d'avis, avec l'introduction deux mois après la présidentielle, d'un peu d' « espace de débats », même si ce fut plutôt rare et à des heures tardives ; mais il était trop tard : le vote pour un candidat socialiste avait eu lieu ! C'était voulu : le fait de ne pas organiser de « vrais débats démocratiques » à la télévision, un an avant l'élection, avait pris de court les français. Ces agissements condamnables relèvent d'une « extorsion » d'un choix électoral et sociétal, qui n'eurent pas été nécessairement les vôtres, « en cas d'organisation de vrais débats » avant la Présidentielle : par la ruse (manipulations), la force (abus de pouvoir) et la trahison (abus de confiance), de la part de professions qui sont tenus au devoir de neutralité et de respect du public, etc. Si on parle de vol par la ruse pour les voleurs, on doit pouvoir parler aujourd'hui d' « extorsion » de choix électoral et sociétal, ou d' « extorsion » de l'adhésion des français, sur « le mariage gay et le choix de vote à l'élection 2012 » par les médias ! Le dépôt d'une opinion, d'une idéologie et d'un choix de vote, chez un sujet donné mais à son insu, est rendue possible par l'acte de féminophilie, dont la censure en est la composante la plus simple et efficace. Ne pourrait-on, dès lors, pas parler de viol de conscience par les journalistes, et donc d'une nouvelle forme de criminalité ? Le terme « extorsion » désigne en tout cas, et dans le dictionnaire, cette obtention d'une chose à une personne, par la force et la ruse : « Extorquer qqch (abstrait) à quelqu'un, l'obtenir de lui par la [...] force, l'intimidation ou la ruse.» La féminophilie médiatique a obtenu du public son adhésion à « ses choix électoraux et sociétaux », etc. par la ruse et la force.

   Les pressions : des pressions sont exercées ici sur le législateur par l'avocat, quant ce n'est pas par les lobbies médiatiques et LGBT ; comme si le parlement se devait d'accéder au désir particulier des minorités, alors que la volonté particulière s'oppose à la volonté générale dans notre Constitution :

- « Il va falloir qu'il prennent leur responsabilité ! », dit notamment Maître Emmanuel Ludot ;

- « Un sondage indique que 58 % des français sont favorables au mariage homosexuel contre 35 % qui y ont opposés, des chiffres montrant une évolution des mentalités » ; « Une dizaine de pays européens ont légalisé le mariage de même sexe... », nous rappelle la journaliste féminophile, pour inciter le législateur à « suivre le mouvement...» ; mais pourquoi diable faudrait-il les suivre, alors qu'il n'y a eu aucun débat véritablement démocratique organisé à la TV ? Faut-il suivre les imbéciles suivant le gourou qui demande de vous jeter dans le ravin ? La pression est un procédé d'influence condamnable, quant elle est exercée à des fins idéologiques et politiques par des professions régies par un devoir de neutralité et de respect du public. 

   Le conditionnement : la mise en avant de l'émotion du couple, face à « l'injustice » de la décision du Conseil constitutionnel : colère et désespoir sont montrés au public, sans mise en perspective, recul et réflexions (censure). Il faut faire pitié aux téléspectateurs, car l'activation de l’émotionnel et de l'affectivité permet d'inhiber la pensée, la réflexion et l'analyse rationnelle du téléspectateur, et d'introduire ainsi plus facilement les idées, l'opinion et le désir des lobbies médiatiques et LGBT, par un inconscient devenu perméable et accessible :

- « C'est la colère aujourd'hui qu'on a vis-à-vis de cette décision qui nous paraît injuste !», nous dit notamment Corine.

- « Elles veulent protéger leur quatre enfants en cas de décès !», nous dit la journaliste féminophile.

   Le public a envie d'être avec Corine, et de la soutenir, en vivant son drame : on a plein d'empathie. Cela ne peut que favoriser l'émergence d'une « attitude positive et favorable » au mariage gay. En outre, le « contexte porteur (conditionnement)» du reportage colore négativement les opposants au « mariage gay » à votre insu, par l'emploi du terme dépréciatif (stimuli négatif) de « sclérose » ! Les opposants ne sont que des rebuts d'une vielle France, tel est le message idéologique qui peut être psychiquement intégré par le public à votre insu : on peut susciter également, par le choix judicieux d'un terme, une « attitude positive et favorable » au mariage gay :

- « On vit dans une société qui, aujourd'hui politiquement, se sclérose », nous dit l'avocat Maître Emmanuel Ludot. 

   Les manipulations du langage et des grands principes : désarticulation de l'environnement contextuel, sémantique et symbolique, amalgame, sophisme, escroquerie intellectuelle et perversion d'un principe. L'instauration du mariage gay est justifié faussement par l'invocation de l'égalité des droits, sans une possibilité de « déconstruire » l’escroquerie intellectuelle : en effet, l'égalité des droits ne se pose pas dans le mariage gay, parce que les homosexuels ne peuvent pas engendrer, ni fonder de famille, de descendants et de filiation ; des notions associées au mariage entre un homme et une femme dans les représentations et l’inconscient collectifs : c'est la désarticulation de l'environnement contextuel, sémantique et symbolique ; et comme l'égalité des droits ne s'applique uniquement qu'aux situations similaires, et uniquement quant ça ne concerne que l'individu, c'est-à-dire quant l'intérêt général de la société et d'autrui ne sont pas en jeu, « l'absence de situations similaires », et « les problématiques relatives à l'Intérêt de l'enfant et de la défense de la langue », dans le cas des couples homosexuels, interdisaient d'invoquer l'égalité des droits ; surtout quant il s'agit de journalistes et de ministres « en charge de défendre les principes républicains ». C'est aussi une perversion du principe, un sophisme et un amalgame en même temps, puisqu'est mélangé des éléments de nature différente. 

   Il n'y aura jamais un après-moi chez l'homosexuel, sauf par des moyens artificiels. Reconnaissons qu'il y a de quoi se poser des questions, que les médias se gardent de faire : la société et l’État ont-ils pour vocation d'inciter les déviances, quant bien-même ne seraient-elles pas « condamnables » moralement et juridiquement ? La société et l’État doivent-ils encourager l'anormalité du processus évolutif de l'enfant et de ses choix sexués, en mettant « ce qui est de nature différente » sur le même plan : à savoir le « mariage gay » équivaut au mariage hétérosexuel ; et ne fixant plus le but ultime à atteindre de l'évolution humaine : l'union de deux êtres sexués différents ? Pourquoi encourager un choix personnel « contre-nature » (qui n'est certes pas condamnable) ? « Le corps politique ne doit pas reconnaître et satisfaire des revendications concernant le corps sexuel. Il y va de la liberté, qui se trouve réduite dès que le public se mêle de légitimer ou de délégitimer tel ou tel choix ou orientations sexuels.(Schneider, Big Mother)» Oui à l’Égalité de la République,dans le respect de la différence des sexes, non à l'égalité, dans la négation de l'identité humaine : tel était jadis le principe d'Égalité des frontons de nos mairies. Force est de constater que ce principe est dévoyé et perverti par les lobbies médiatiques et LGBT ; pire, par les députés et ministres féminophiles du 21ème siècle, que ce soit de la part du Front de gauche, des communistes, des verts, des socialistes et d'une partie de la droite. L'acte de féminophilie est caractérisé par l'« aspect manipulatoire », et en conséquence par « l'aspect de domination » : le public adhère au désir et à la volonté d'une minorité par ces procédés d'influences sournoises condamnables ; et comporte l' « aspect de subversion », du latin subvertere : renversement de l'ordre, ici l'ordre républicain. Et comme ce n'est pas des groupuscules extrémistes, mais des ministres et des journalistes qui renversent l'Ordre républicain, c'est la raison pour laquelle j'en ai fait un acte de délinquance d'une extrême gravité.







II. Avant la Présidentielle 2012


1. Le mariage homosexuel : reportage de France 2

   Les journalistes féminophiles Jacques Cardoze et Stéphane Guillemot, de la chaîne de télévision France 2, ont commis, une nouvelle fois encore, des actes de féminophilie sur la question sociétale et philosophique du mariage gay. Voici le reportage diffusé le samedi 29 janvier 2011 sur France 2, c'est-à-dire le lendemain du « reportage » cité ci-dessus, avec une description des manipulations :


« Le journaliste féminophile : Pour Tony et Barrie, c'est déjà le quatrième et le cinquième enfant de la famille. Le couple a adopté son premier enfant il y a dix ans alors que ce n'était pas encore légal en grande Bretagne, mais aujourd'hui, les droits des homosexuels sont nombreux, presque équivalents, à ceux d'un couple hétérosexuel :

- Barrie, interrogé : Il y a eu une évolution considérable des mentalités ces dernières années. Quant on pense que certaines lois nous interdisaient de parler de l'homosexualité à l'école ou dans les universités, maintenant, non seulement on peut se marier, mais aussi avoir des enfants !

- le journaliste féminophile : Et ce n'est pas tout, aujourd'hui, sortir se balader bras dessus, bras dessous, ou assumer le regard des autres, n'est plus un problème :

- Barrie : Il y a dix ans, lorsqu'on marchait comme ça dans la rue, on nous fixait du regard, on recevait des lettres d'insultes. Maintenant, tout ça est fini !

- le journaliste féminophile : Pour beaucoup, si les mentalités ont changé, c'est grâce à des personnalités comme Elton John, l'ami de la famille royale n'a jamais caché ses préférences sexuelles, et son union fut un événement publique salué par ses nombreux fans. Tony et Barrie ont vécu cette évolution, les voilà il y a plusieurs années : mariés en 2005, ils ont pu faire baptiser deux de leurs enfants par un prête, car si l'église anglicane ne marie pas les personnes du même sexe, elle reconnaît l'adoption. Ils bénéficient aussi de droits classiques en matière de succession ou de retraite. Un vrai décalage, donc, pour ses chefs d'entreprise, par rapport aux droits des homosexuels français, ce qui finira un jour par poser problème. [commentaire : "Quant on vit dans un pays étranger, n'y a t'il pas toujours un décalage entre les droits du ressortissant étranger et le résident local ? "]

- Barrie : Si je pars un jour habiter en France, je ne pourrais pas faire valoir mon mariage britannique en France ! [commentaire : et alors ?]

- le journaliste féminophile : L'uniformité des lois en Europe, ça sera sans doute la prochaine étape dans le combat des droits pour les homosexuels (France 2, samedi 29 janvier 2011)».


2. Analyse rapide des manipulations en jeu


   Une fois de plus, et dès le lendemain du reportage manipulatoire de la veille, la fameuse technique de la censure des opposants est à l’œuvre sur France 2 : il n'y a pas même d'inégalité de traitement des invités, que l'on a rarement à la télé d'ailleurs, car « c'est déjà un espace de pluralité de trop » pour nos médias. Un religieux contre, face à un psychiatre favorable au « mariage gay », constituent une inégalité de traitement, car le religieux n'a pas bonne presse. Aucun intellectuel ne s’interroge, dans ce reportage, sur la portée, les inconvénients et les conséquences de l'acceptation du mariage gay. Il n'y a pas matière à s'interroger ! L'évolution doit se faire, car certains pays l'on accepté en Europe, et que c'est l'Europe : « Un vrai décalage [...] par rapport aux droits des homosexuels français, ce qui finira un jour par poser problème. [...] L'uniformité des lois en Europe, ça sera sans doute la prochaine étape dans le combat des droits », nous déclare le journaliste féminophile ; et parce que les lobbies médiatiques et LGBT l'ont décidé d'un commun accord. C'est la technique d'influence de la pression envers le législateur. C'est oublier une donnée de l'évolution : les homos ne peuvent pas faire d'enfants, et il n'y a pas de suite après leur mort. Ils ne peuvent pas fonder une famille et une descendance, et IL N'Y A PAS de filiation naturelle : tout s’arrêtera ; ou alors tout sera artificiel. Que c'est triste ! Mais ne serait-ce pas une bonne raison de se poser les bonnes questions ? On retrouve notamment, et en conséquence, les manipulations du langage : avec la perversion du langage, la formule langagière imposée, sans questionnement sur sa pertinence et sa légitimité, et la désarticulation de l'environnement contextuel, sémantique et symbolique : « Pour Tony et Barrie, c'est déjà le cinquième enfant de la famille. » On vous impose ainsi la construction idéologique de « famille homosexuelle », alors que les homos ne peuvent pas fonder de famille ! Enfin, l'invocation de l'égalité des droits, pour justifier le mariage gay. Au lieu de rappeler au public que le principe ne s'applique qu'aux situations similaires, et uniquement quant ça ne concerne que vous, le féminophile laisse entendre le contraire, et ne joue pas son rôle de gardien des principes républicains : encore la perversion du principe, le sophisme et l'escroquerie intellectuelle de l'égalité républicaine invoquée. La féminophilie veille : elle a décidé à jamais ce qui est bon pour les français et ce qui ne l'est pas ; comme sur bien d'autres sujets sensibles ! Pour ce faire, rien de tel que le conditionnement, c'est-à-dire un « contexte porteur » qui va colorer négativement les opposants au « mariage gay » à votre insu, en mettant en avant une église anglicane « ouverte (stimuli positif) » qui reconnaît l'adoption : une exception soigneusement bien choisie ; par opposition à des églises traditionnelles « fermées et crispées (stimili négatifs)» : sans le dire par les mots, on vous sous-entend que les opposants sont fermées et crispées, en les associant de manière imperceptible aux religieux d'une vieille france, comme s'il n'y avait qu'eux qui étaient contre ; en mettant en avant l'« archaïsme (stimili négatif) » des idées des opposants, par sous-entendus, car le conditionnement agit toujours à l'insu du public : « Pour beaucoup, si les mentalités ont changé, c'est grâce à des personnalités comme Elton John, l'ami de la famille royale n'a jamais caché ses préférences sexuelles, et son union fut un événement publique salué par ses nombreux fans.» Le féminophile sous entend que les opposants ne sont que des rebuts de l'Histoire : on les discrédite à votre insu, en colorant positivement par sous-entendus le mariage et la famille « homosexuels », par leur association au chanteur Elton John et à la famille royale, (stimuli positifs). « Vous voyez, même la famille royale est favorable !» C'est ce qu'on vous laisse entendre inconsciemment : les opposants au mariage gay sont motivés par un combat d'arrière garde. À votre insu, c'est ce qui peut rentrer en tout cas dans votre tête. Associé à deux grands noms, on colore positivement les constructions idéologiques du mariage et de la famille « homosexuels » ; et par ces moyens détournés, cela facilitera l'adhésion du public à ces constructions idéologiques ! Encore une fois dans un reportage, on a toujours les mêmes procédés manipulatoires et d'influences sournoises condamnables ; toujours « le même sens favorable au mariage gay » qu'on vous impose : sans ouverture et débat contradictoire ! Pas étonnant alors que les sondages soient « favorables » au mariage gay avant l'élection 2012, avec un tel traitement partisan, et réducteur, de l'information !


III. Après la Présidentielle 2012


Manipulation sur le thème du mariage, de la parenté et de la famille « homosexuels »


Reportage manipulatoire sur le « mariage gay »


1. / Reportage télévisuel de 13h00 de France 2, du 19/10/2012 :

- la manipulatrice féminophile Élise Lucet : « Mais on commence par ce témoignage de Marinette Pichon : Il s'agit de l'ancienne capitaine de l'équipe de France de Football. Elle est homosexuelle, elle ne l'a jamais caché ; mais ce qui est nouveau, c'est qu'elle vient d'obtenir un congé de paternité, en quelque sorte, pour épauler sa compagne qui va accoucher en novembre. C'est le Conseil général de l'Essonne qui le lui a accordé. Anne Guery et Pascal Caron :

- la manipulatrice féminophile Anne Guery : Elles ont l'habitude des victoires, ces deux femmes là. Marinette Pichon, gloire du football féminin, et Ingrid Moatti, championne de basket en fauteuil roulant. En couple depuis sept ans, elles attendent […] l'arrivée de leur bébé ; et aujourd'hui, elles viennent d'apprendre qu'elles pourront être là toutes les deux à la naissance. C'est sans doute le plus beau des succès.

- Ingrid Moatti : C'est la plus grande de nos victoires ; ça été la plus difficile, c'est vrai. [...] Ça fait cinq ans qu'on est en démarche pour avoir un bébé.

- la manipulatrice féminophile Anne Guery : Et le bébé est là, conçu par fécondation in vitro. Pour l’accueillir, une bonne nouvelle qui est tombée hier soir : Marinette Pichon vient d'obtenir de son patron, un congé paternité de 11 jours :

- Marinette Pichon : C'est merveilleux, parce que je serais là quant ma compagne va accoucher ; je resterais avec elle pour nos premiers jours avec bébé.

- la manipulatrice féminophile Anne Guery : L’employeur qui vient de franchir le pas, c'est le Conseil général de l'Essonne. Marinette Pichon y dirige le département du sport ; alors ici, tout le monde a fêté le congé paternité de Marinette. Pour Jérôme Guedj, président socialiste, il ne faut pas s’arrêter là :

- le manipulateur féminophile, et socialiste, Jérôme Guedj : Moi, je suis favorable aussi au fait que les congés pour enfants malades, les prestations de Noël, enfin, tout ce qui est lié à la présence d'un enfant dans une famille, qu’elle que soit la famille, soient reconnus et garantis.

- la manipulatrice féminophile Anne Guery : Quant aux collègues de Marinette, elle n'avaient pas d'avis sur la question de l'homoparentalité. Elles disent juste que Marinette est un parent comme elles l'ont été avant elle ; avec les mêmes droits :

- Une collègue : Il n'y avait pas de raison que Marinette n'ait pas ses congés que nous, nous avons pu avoir.

la manipulatrice féminophile Anne Guery : Sans doute, marinette pourra t'elle bénéficier des congés enfant malade, car le texte adopté cette semaine devrait entrer en vigueur en janvier 2013. (Journal télévisuel de 13h00 de France 2 du 19/10/2012)



Correctif du premier reportage

   Définition du Dictionnaire : la notion de « parenté » est liée au père et à la mère, aux références maternelles et paternelles et à l'homme et à la femme ; et non à deux femmes ou à deux hommes ! Tout comme la notion de congé parental ! Quelle sont les types de manipulation du langage utilisées par la manipulatrice féminophile ? C'est à la fois deux « formules langagières imposées d'emblée : congé parental ou congé de paternité, sous entendu pour homosexuels, et homoparentalité, mais sans questionnement sur sa pertinence et sa légitimité, et répétée à l'envie telle une évidence. Comme vous le constatez, « nul débat et nul remise en question dans le reportage ». On impose insidieusement, aussi, la nouvelle définition de la parenté voulue par les « lobbies médiatiques », et tout le monde serait d'accord ! Dans ce reportage uniquement, évidemment. Voilà comment on vous manipule dans les médias et les écoles : par l'emploi de techniques de manipulation et d'influence sournoises (actes de féminophilie), on dépose à votre insu et par effraction dans votre psyché, une idéologie, une opinion, et la nouvelle définition de la parentalité désirée et exigée par les lobbies TV et LGBT ; et aussi en conséquence de la famille, etc. Il s'agit pour le terme de parent ou de parenté de perversion du langage (manipulation du langage). Parallèlement à ce type de manipulation, est constaté d'autres techniques : une censure des opposants (psychanalystes, philosophes, etc.) et des avis contradictoiresnul débats et ouverture »), et une technique d'une redoutable efficacité : le conditionnement : n'avez pas remarqué ici que la manipulatrice associe, aux nouvelles définitions imposées « de la parentalité, du mariage et de la famille homosexuels », inventions idéologiques et sémantiques, « un contexte porteur positif », c'est-à-dire des images (visages heureux et épanouis), des expressions et des mots positifs : « merveilleux ; nos premiers jours avec bébé ; habitude des victoires ; etc.» C'est ce qu'on nomme le conditionnement : articulé à la perversion du langage, aux formules langagières imposées (manipulation du langage) et à l'absence de débats contradictoires (censure) il ne peut que susciter dans l'opinion publique une réponse d'adhésion au « mariage gay », et aux nouvelles définitions imposées à votre insu de la parentalité et de la famille homoparentales : puisque tout est beau et merveilleux, et qu'il n'y a pas de problèmes, vous adhérez au discours « idéologique et falsifié » des lobbies médiatiques et LGBT. On note aussi une autre technique d'influence sournoise : la soumission à l'autorité « détournée » de ses buts les plus louables ; avec l'intervention du « Conseil général et du président socialiste J. Guedj ». Ce qui fait autorité ne se discute pas, et articulée à la censure des opposants, c'est la technique d'influence la plus redoutable !

   Mais quid de la problématique du Droit international et français qui est « attaqué » ? par exemple, dans le Droit français, « la loi émane de la volonté générale », et non pas de la volonté particulière des lobbies, etc. ; qui de la problématique de l'intérêt de l'enfant, nullement évoquée ? ; qui de la problématique du principe d'Égalité qui est aussi « attaqué » : « limité à des situations similaires, et exclusivement quant cela concerne les individus » ; or, l'enfant est en jeu notamment, etc. ; qui de la problématique de la défense de la langue : est-ce un « progrès de civilisation », quant on mélange les citrons et les oranges dans le même casier, pour nous prétendre qu'il n'y a plus que des oranges, « au nom de l'idéologie de l'indifférenciation » des lobbies (TV) ? À deux réalités distinctes, un mot avait été inventé et trouvé pour les désigner. Ce ne sera plus le cas entre les couples hétéros pouvant engendrer (famille, mariage et parent) et les couples homosexuels ne le pouvant pas. Comme le dit le psychologue Beauvois, « les débats [cassent] l'effet de nombreuses années de propagande.(J-L Beauvois, Les influences sournoises ; d'où l’intérêt de ne point en faire à la télé, surtout avant une élection, comme Hollande en 2012 en France ; sinon, les français n'auraient pas voter pour ce socialiste ! Et la démocratie  dans tout ça ? Aucune trace ! Qu'en est-il aux USA ? Les américains ont-ils droit à des débats équilibrés aux heures de grande écoute ? J'en doute fort !


2. / Reportage télévisuel de France 2 de 20h00, du 29/01/2013

- la manipulatrice féminophile Laëtitia Legendre-Trousset : « Dès sa conception, Maël avait deux pères et deux mères : il y a dix huit ans, deux couples homosexuels, l'un de femmes, l'autre d'hommes, se sont rencontrés pour avoir un enfant. Après une insémination, le nouveau-né a tout de suite été très entouré par les quatre adultes.

- Maël, 17 ans : Quant je suis sorti du ventre de ma maman, je les ai tous regardé un par un […], donc petite anecdote qui est rigolote.

- la manipulatrice féminophile : C'est ce qu'ils vous ont raconté ?

- Maël, 17 ans : La grossesse tous ensemble ; la conception s'est faite dans un lieu où ils étaient tous présents : ils se sont soutenus tous. Et puis donc mon éducation s'est faite à quatre.

- la manipulatrice féminophile : Pour préserver son équilibre, ses parents ont décidé qu'il vivrait à la semaine chez sa mère biologique et sa marraine ; et un week-end sur deux, chez son père et son parrain : c'est comme ça qu'ils les appellent ; même s'il les considère, tout les quatre, comme des parents à part entière.

- Maël : C'est une famille comme une autre en soi.

- la manipulatrice féminophile : Ils sont un peu nombreux, quant même ?

- Maël : Oui, un petit peu nombreux ; mais du coup, ça permet d'avoir plus d'amour en soi.

- la manipulatrice féminophile : Parfois, c'est un peu étouffant […] ?

- Maël : Ça été étouffant ; mais, je pense, comme une mère poule avec sa fille, ou son fils : ça revient au même.

- la manipulatrice féminophile : Sauf là, il y en a quatre ?

- Maël : Oui, il y en a quatre, mais chacun est différent, donc, on s'y retrouve.

- la manipulatrice féminophile : Pour la scolarité ou la santé de Maël, chaque parent a eu son mot à dire ; sauf que ces dernières années, la famille s'est agrandie : sa mère et sa marraine se sont séparées ; même chose pour son père et son compagnon. Trois d'entre eux, depuis, se sont remis en couple ; mais ils continuent de s'entendre.

- la manipulatrice féminophile : Mais [vous avez] combien de parents ?

- Maël : En parent ? Quatre. Seulement quatre ; bien que mes beaux-parents, je les apprécie beaucoup. Si je comptais mes beaux-parents, ça fait sept. Donc, oui, là, ça commence à compter !

- la manipulatrice féminophile : Ce lycéen en terminal littéraire suit avec attention les débats sur le projet de loi ; mais ils refusent d'être considéré comme un enfant d'homos. Enfants d'homos, c'est le nom d'un blog que vient de créer [un autre] jeune homme. Il n'avait pas sept ans, quant son père et sa mère ont divorcé. Sa mère s'est ensuite mis en ménage avec une femme Gaëlle, qui l'a élevé durant dix ans, et qui l'a tout de suite accepté.

- l'autre jeune homme : Quant je faisais une bêtise, il y avait autant de peur de sa réaction que de celle de ma mère. Et quant elle me grondait, j’apportais autant de crédit à la sienne qu'à celle de ma mère [...].

- la manipulatrice féminophile : Il a gardé un lien avec son père, mais son grand-père et ses oncles lui ont aussi servi de figures paternelles. Quant il s'est posé des questions sur sa sexualité, c'est vers sa mère qu'il s'est tourné ; et sa réponse l'a surpris.

- l'autre jeune homme : Désolé, mais moi je ne suis pas un mec. Malgré tout ce que je peux te dire, la question, il vaudrait mieux que tu la poses à un homme. Et je l'ai posée à mon père. C'est bête, il était super gêné. Et il n'a su quoi répondre.

- la manipulatrice féminophile : Depuis, ce journaliste dans la musique a trouvé des réponses à ses questions : le jeune homme de vingt-quatre ans sort avec une étudiante : la relation homosexuelle de sa mère ne semble pas l'avoir influencé.

- la manipulatrice féminophile : On se pose plus de questions, parce qu'on a une mère homo ?

- l'autre jeune homme : On se pose moins de questions […], parce que justement, on a la chance de voir que tout est possible. Et donc, on se pose des questions quant on ne connaît pas. Mais quant on connaît.[raisonnement imbécile : la proposition inverse est vrai aussi]

- la manipulatrice féminophile : Ça été plus simple ?

- le jeune homme : Ça été plus simple.

- la manipulatrice féminophile : Ces enfants d'homosexuels ont tenu à insister sur la banalité de leur enfance : des histoires uniques, qui ne sont pas représentatives de toutes les familles homoparentales. (L. Legendre-Trousset et David Pujadas, France 2, JT de 20h00 du 29/01/2013) »


Correctif du deuxième reportage

   Tout comme sur les autres chaînes de télévision, on manipule les mots de la langue française dans ce reportage (manipulation du langage : perversion du langage), en s'appuyant sur des cas rares, où dans le premier cas, il y a effectivement une rencontre entre un homme et une femme (à partir de deux couples homos) pour faire un enfant ; et poursuite des relations entre-eux. Il n'est pas tout à fait faux d'utiliser, dans ce cas exceptionnel, faut-il le préciser, le terme de « parent » ; mais il n'y a qu'eux deux parents : père et mère, et il se revoit, d'où la possibilité ici d'utiliser le mot « parent » ; et non quatre, comme le dit la manipulatrice féminophile de France 2 : l' « instrumentalisation » d'un cas exceptionnel, qui n'a rien à voir avec la majorité des couples homosexuels courants, est fait pour imposer insidieusement au public l'idée de « parent et parenté homos » qui n'existe pas dans le Réel et le Dictionnaire, et la généraliser. (première manipulation ici). La deuxième manipulation est plus évidente : l'enfant est né de la rencontre d'un homme et d'une femme qui se sont aimés ; donc il y a effectivement des parents dans ce cas ; puis il y a changement d'orientation ; mais l'enfant a eu le temps de se référer par rapport à la différence des sexes, et se construire, car c'était plusieurs années après sa naissance que le changement d'orientation sexuelle de sa mère a eu lieu. (manipulation du langage). Il en est de même pour le terme de « famille » : les homosexuels ne peuvent pas faire famille, puisqu’ils ne peuvent pas engendrer ; mais on s’appuie ici sur ces cas rares et exceptionnels, où il y a eu effectivement une rencontre entre un homme et une femme au départ, puis des enfants, avant leur changement d'orientation sexuelle, pour « imposer » à l'opinion, mais à son insu, l'idée selon laquelle il y aurait des familles « homoparentales ». Évidemment, c'est complètement faux : puisque ces cas là n'ont rien à voir avec la majorité des cas, c'est une construction et une invention idéologique. La perversion du langage est un poison indétectable qui pénètre les esprits à leur insu !

   La manipulatrice féminophile Laëtitia Legendre-Trousset et ce jeune, sous-entendent néanmoins que ce nouveau modèle proposé est merveilleux : est associé dans ce reportage le « contexte porteur positif », c'est-à-dire des images et des termes positifs : « plus d'amour ; on a la chance de voir que tout est possible ; la relation homosexuelle de sa mère ne semble pas l'avoir influencé ; etc. » C'est le conditionnement évaluatif du public : on vante ici le « mariage gay », tout comme d'autres ont vanté l'Euro et l'Europe fédéral, avec tout le malheur pour les peuples qui s'en est suivi : ruine et pauvreté pour la majorité, et non prospérité et croissance promis. Tout comme on vante les produits alimentaires dans les pubs à la télévision ! Tout est toujours présenté « de manière merveilleuse » dans les médias français, et les médias américains aussi, afin de vous imposer le « mariage gay ». Mais nul trace de pluralité des pensées (censure). Notre manipulateur féminophile sait que si le public est au courant de toutes les problématiques, il n’adhérera pas au discours des lobbies (TV) !

Merci de bien vouloir voter pour ce site....ça ne demande que quelques secondes 

Meilleur du Web : Annuaire des meilleurs sites Web.


E. Jourdain, Université de Caen,  

mis à jour le 20 juin 2013


SITES ET ENTREPRISES PARTENAIRES 

 | Matériaux de construction Point P   S.A.P France   But Quimper   SFR Bretagne au coeur  |   Annuaire de sites   |   Boostersite   |   Forzasurf   |  Maxannu.com   |   Maxanu   |   Forzawebinfo   |  






Comments