Homepage‎ > ‎B / Conditionnement‎ > ‎

d / La soumission à l'Autorité



                    d  /  LA SOUMISSION A L’AUTORITÉ.          

    


par Éric Jourdain,
Articles écrits par Eric Jourdain et publiés le jeudi 27/01/2012
        



I  La soumission à l'Autorité et ses effets : tableau comparatif et exemple. 



 [...] 


 La soumission à l'Autorité est « une forme d'influence qui n'est pas condamnable en soi ; du moins quant le processus psychosocial n'est pas détourné délibérément et sciemment à des fins sectaires, idéologiques et de propagation de la Pensée unique (propagande)» : dans ce cadre, et uniquement dans ce cadre, un tel détournement de cette forme d’influence est dangereuse pour les consciences, la liberté et le libre-arbitre, et en conséquence condamnable moralement et juridiquement ; du moins, devrait l’être ! Car dans l'Histoire, cela nous a donné les suicides collectifs des sectes, les deux guerres mondiales de 1914 et 1939 et les génocides ; et dans ses formes les plus récentes, la soumission à l'Autorité nous impose « une conception particulière du rapport des sexes (cf. E. Badinter Fausse route) » ; « une conception particulière de l’Égalité qui n'est pas l’Égalité républicaine (nous y reviendrons) » et « une conception unique de l'amour reposant sur un déni de la différence des sexes et la négation de l'identité masculine » ; mais la société peut adhérer aveuglément à l'idéologie officielle véhiculée pourtant par une minorité, puisqu'il n'y a qu'une vérité officielle ! « Et c'est en raison de son efficacité démultiplicatrice sans égale quant aux effets sur les masses que les dictatures, les pays totalitaires officielles et officieux détournent cette capacité d'influence sur les masses à leur profit ». Et cela est d'autant plus facile que la soumission à l'autorité se déroule dans des lieux qui font autorité et au-dessus de tout soupçon : l’hôpital, l’Institution judiciaire, les Institutions de l'information (médias, journaux, télévision), mais essentiellement l'école et les universités.


Soumission à l'Autorité


Sectes et Dictatures 

(Temple de Jésus en 1978, régime stalinien et nazi etc.)


 les suicides collectifs d'adeptes dans les sectes ; les pogroms contre les juifs et les roms ; idolâtrie et vénération du chef ; asservissement et servitude ; perte de la liberté et du libre-arbitre etc. ; 

 


     Pays totalitaires officieux

ou Démocratie(s) officielle(s)

 (France, UE, USA etc.)



suicides en série chez l'opérateur France Télécom ; asservissement des esprits et des consciences ; maltraitance collective à autrui ; erreurs et scandales judiciaires (malgré des preuves d'innocence) ; libre-arbitre et et libre pensée inhibée et perdue etc. ;



conséquences de la soumission à l'Autorité dans les écoles publiques.


Si la maîtresse énonce le principe, en matière de sexualité et d'amour : "Le corps humain n'est pas une marchandise, les enfants, car le désir en amour doit être réciproque !" Avec préméditation, la professeur ne fait pas de différence entre la "vente d'un organe humain" (greffes d'organes, tissus...) et la "transaction sexuelle librement consentie entre ami(e) (Sphère privée) ; ou entre le particulier et la travailleuse du sexe (Sphère publique) ; elle ne fait pas non plus la différence entre "le viol et la prostitution contrainte" et la "prostitution volontaire; alors que, pourtant, on loue bien son corps pour travailler : ne dit-on pas, d'ailleurs, "louer sa force de travail? Son argument est « un amalgame, un sophisme, une escroquerie intellectuelle et une désarticulation d'un environnement qui fait différence de sens » ; mais l'enfant confronté à "un discours idéologique unique" et assis dans un lieu qui fait autorité se soumettra aveuglément au délire idéologique de la "gentille maîtresse", et il va y souscrire, puisqu'il n'y a pas d'autres discours ! En raison du statut et du rôle social qui lui est conféré, le professeur a une autorité et une emprise intellectuelle et psychologique sur le public, et il peut ainsi injecter ses idées, ses croyances, son idéologie dans l'esprit faible et naïf des enfants, ou de jeunes étudiants ; et si la soumission à l'autorité a le pouvoir essentiellement de vous faire agir dans le sens souhaité (en terme de comportement) : les sujets d'expérience du chercheur Milgram ont ainsi torturé, sous ses ordres, leurs collègues d’expérience (cf. l'expérience de Milgram), elle a aussi le pouvoir de vous faire penser comme elle le souhaite (en terme d'attitude, de croyances, d'opinions et d'idées), surtout dans les années de construction de l'enfance et de l'adolescence :


- « C'est bien d'obéir à la professeur des écoles.  Et puis, elle est gentille et veut mon bien : elle m'énonce mes droits ! Et puis, j'aime bien quant elle me sourit et aller en voyage en fin d'année !».


"Puisque c'est bien d'obéir", l'enfant suit aveuglément la ligne de pensée de la professeur ; mais il va perdre et déléguer sa pensée au profit d'autrui, sans qu'il n'y voit la grosse supercherie ! Rappelons que l'institution scolaire est tenu à la neutralité, en principe, mais pas dans les faits ! Un principe républicain bafoué par le monde enseignant ! Et les effets de cette manipulation facilitée par cette « forme d'influence dévoyée » sont d'autant plus pernicieux que la manipulation est masquée dans la dénonciation de "méchants manipulateurs sectaires" ! Pauvres enfants, s'ils savaient à qui ils avaient affaire ! Cette illustration se retrouve à l'université et dans les médias etc. Les personnalités féminophiles, dans l'instant même de leur forfait, sont souvent en train de le dénoncer : ce qui signe un crime est l'effacement de ses traces, nous disait Freud. Méfiez vous des gens qui veulent votre bien.


À retenir : « Il est bon de rappeler que c'est uniquement quant le processus psychosocial (l’influence ou l’obéissance à l'autorité) est détourné à des fins sectaires, idéologiques et politiques de propagande que l'acte de féminophilie est constitué : la soumission à l'Autorité constitue un acte de féminophilie, ou une technique d'influence condamnable, en raison de son articulation à la censure, à l'inégalité de traitement de l'information, à l'amalgame, à l'escroquerie intellectuelle et la désarticulation de l'environnement qui fait différence de nature, d'effets, de sensations, d'émotions, de tolérance, de condamnations et de jugements, mais aussi de la violation du principe républicain de neutralité à l'école ». En théorie, l'articulation à l'une des techniques de manipulation suffit à constituer le délit (à venir ?), ou l'acte de féminophilie, mais il est rare, voir impossible, qu'il n'y ait qu'une seule technique utilisée !


Condorcet : « […] Aidons le développement des facultés humaines pendant la faiblesse de l'enfance. Mais n'abusons pas de cette faiblesse pour la mouler au gré de nos opinions, de nos intérêts ou de notre orgueil », extrait du Projet de déclaration des droits naturels, civiques et politiques des hommes, cité par Buisson, p.102.


Comme quoi, et une nouvelle fois, ce n'est pas pas tant un mot, une expression, une attitude et un comportement identique à lui tout seul qui doit être pris en compte dans la perception sociale, les condamnations morales et les jugements juridiques, « mais leur inscription dans un ensemble qui fait différence de sens ou leur articulation à un environnement qui fait différence de sens et d'effets » ; et il en de même pour la "pénétration par surprise ou contrainte" dans le couple, pour la "propagande", la "violence", la "manipulation", le "harcèlement"  etc...n'en déplaise aux esprits manipulateurs et simplistes.

Toute reproduction complète ou partielle de ce texte sous quelque forme que ce soit sans citer l'auteur en question pourra faire l'objet de poursuites judiciaires le cas échéant lors de la publication du livre. L’antériorité des écrits pouvant être démontrée facilement. Article écrit et publié le lundi 27 janvier 2012 par Eric Jourdain.


Merci de cliquer sur le + 1 de Google pour amener plus de visites sur le site !



II  La soumission à l'Autorité et ses effets [ facultatif ]

suite..








Merci de cliquer sur le + 1 de Google pour amener plus de visites sur le site !

Toute reproduction complète ou partielle de ce texte sous quelque forme que ce soit sans citer l'auteur en question pourra faire l'objet de poursuites judiciaires le cas échéant lors de la publication du livre. L’antériorité des écrits pouvant être démontrée facilement. Article écrit et publié le lundi 27 janvier 2012 par Eric Jourdain.

Comments